Flux RSS

Archives de Tag: Bordeaux

Here I Come #4 @Rock School Barbey [LIVE REPORT]

Publié le

Le Samedi 18 janvier 2014,  se déroulait à la Rock School Barbey la première soirée Here I Come de l’année. Particularité de cette soirée : une programmation de folie et une entrée gratuite pour tous les fans de  Reggae Music.

1011529_10151772647682062_459007361_n

20h30, ouverture des portes, la Rock School se remplit petit à petit sous les vibes de AWAKS SOUND in da club en sirotant quelques verres..

21h30 coup d’envoi dans la grande salle, BODEGA SOUND & Dougy Man est là pour démarrer la soirée. Le Sound System bordelais chauffe le public avec de bons riddims, et notamment une reprise d’un grand classique que l’équipe de DavyCroket affectionne particulièrement : Real Rock Riddim, de Studio One.

72938_504823826296850_1647134303_n

Le public est chaud à point et  les salles se sont remplies… 22h15 c’est la charmante SUPA MANA qui prend le relais. Distillant une sélection de qualité, voyageant à travers le temps, pour aller du rocksteady des 60’s aux musiques plus modernes des 90’s, la jeune parisienne nous offre un show bien maitrisé ! Pétillante et dynamique, on espere la revoir très vite sur les scènes bordelaises !

23h15, c’est au tour d’ATILI BANDALERO de prendre place derrière les platines. Vous le connaissez déjà bien, peut-être même sans le savoir… le dj/producteur, qui se trouve être le frère de Biga*Ranx, a travaillé à ses cotés en tant que producteur, parolier ou encore choriste. C’est en solo qu’il se produit maintenant sur scène proposant principalement des remix de qualités ou encore plein de collaborations. Il mélange avec brio des sons reggae, dance hall, hip-hop, sans oublier de grosses basses dubstep que l’artiste affectionne particulièrement. Et là le public devient fou, et commence à rendre l’atmosphere encore plus folle en grimpant sur la scene, chapeau champion !  Une bonne grosse claque sonore qui restera dans nos oreilles pendant un bon bout de temps.

Après quelques tunes pour chauffer une dernière fois le public, JOSEPH COTTON fait son apparition sur la scène… L’experience de Joseph vient completer le set du jeune tourangeau avec brio.  intitulé « Back To The Roots ».

Il est minuit passé et là le talentueux Biga*Ranx fait son apparition pour combler le public de la Rock School Barbey.. Le tourangeau, actuellement à Paris pour préparer son nouveau show, a décidé de venir s’incruster pour notre plus grand plaisir dans la soirée organisée par son label X-Ray Production. La combinaison Joseph Cotton/ Biga Ranx marche à merveille et ils nous le prouvent en chantant quelques uns de leurs morceaux. Good Vibes.

1560374_728459387177652_414204758_n

Petite pause pour l’équipe de DavyCroket : direction le club le temps de boire une (plusieurs ?) bières fraîches, pendant que MIGHTY EARTH SOUND continue de maintenir l’ambiance de folie qui règne dans la salle.  On retrouve alors Pierroots, du groupe bordelais KinkyTone, en acoustique dans la partie club. Le jeune musicien nous offre une agréable prestation et on prendra plaisir à aller le retrouver d’ici peu dans les soirées bordelaises.

1h00… MANUDIGITAL & DON CAMILO prennent possession de la scène pour ambiancer tout le monde à  base de production digitale. Le Riddim Maker, que l’on a découvert sur internet grâce à ses digitales sessions en compagnie de nombreux artistes, endiable la scène. Au moment où les deux selecta balancent « Run Come » l’un des tunes les plus remarqués de l’année 2013, le public est en extase.

Il est 1h30 du matin, la Rock School Barbey est pleine à craquer. Sur Scène, Don Camilo appelle Joseph Cotton et Biga*Ranx pour venir partager une petite session Freestyle. Un moment de convivialité  qui restera sûrement gravé dans les anales. Les trois MC’s posent les uns après les autres leurs impros sur les riddims de Manu Digital qui nous montre tout son talent avec son Casio MT-40.

2h du matin, les gars laissent la place au trio d’AWAKS SOUND qui peut lui aussi profiter de la grande salle. La soirée continue avec la même intensité et ce jusqu’au dernier artiste de la soirée : SOOPA HIGHRATION & KING SNEAZ.

Pour résumer en quelques mots cette soirée : Folie, folie, folie…. C’est tout le talent de X-Ray production que de pouvoir réunir ces artistes de qualités dans une même soirée, avec des surprises et une ambiance formidable rythmée par le Reggae Music.

HERE I COME est une valeur sûre, et c’est certain : les prochaines soirées s’annoncent tout aussi surprenantes et sympathiques donc on espère vous croisez la prochaine fois ! Pour faire simple la HERE I COME #4 c’était ça :

Prochain rendez-vous le vendredi 21/02, plus d’infos ICI 

Crédits Photos : http://reggaesudouest.com/
Crédits Vidéos : http://www.davycroket.com

Publicités

Boulevards Des Airs @Krakatoa [Live Report]

Publié le

1471170_10152124337789439_1113430578_n

Ce vendredi 22 novembre, la chaleur cuivrée de Boulevard des Airs s’est engouffrée dans la salle du Krakatoa. En première partie de ce groupe à la notoriété grandissante : Les Lacets des Fées, et ils n’étaient pas venus pour enfiler des perles !
Une guitare, une basse, une batterie , un chanteur … ? Trop simple pour jouer du rock. Rajoutez un trombone, une trompette, un clavier, un violon … D’après l’euphorie du public, c’est une recette qui marche ! Le chanteur on ne peut plus dynamique, Maxime, valse entre les instruments pour finir avec un morceau de batterie enflammé à quatre mains. Chaque artiste nous entraine dans son univers musical avec passion et générosité. Bref, la découverte d’un groupe au début d’une grande aventure, qu’on prendra plaisir à aller voir à nouveau.

774411_10202515360070478_1762720780_o

 Après ce bon moment , le groupe tant attendu fait apparition dans la salle. ||BDA|| et là, ça devient chaud : les dix joueurs entrent un à un sur la scène, dans un tonnerre d’applaudissements. Le spectacle commence entre Paris-Buenos Aires et Les Appareuses Trompences, les deux albums des tarbais que le public reprend en chœur dès les premières notes. Jump ! Jump ! La foule est en délire, hors d’haleine ! Le rythme enivrant aux influences jazzy, rock et reggae nous fait danser, nous emmène loin dans leur monde. Les voix de Florent et Sylvain chantent l’amour [San Clemente] aussi bien que les problèmes de société [Asile … ] , à la manière de Chao.

1455202_10202515172385786_1680804927_n

 Après un moment intense, la salle se rallume et BDA tape le squat dans le public. En se mêlant à la foule, ils nous montrent que ce sont de vrais artistes. Pas de distorsion, pas de retours. Pas de triche, que des instruments et leur âme. La fanfare anime encore nos corps pendant quelques minutes avant de nous laisser partir, heureux, en fredonnant inlassablement nos mélodies préférées ..

Je voulais vous parler des femmes … lalalalalalalala …

  Leur deuxième album sorti en mai 2013 nous transperce de par ses textes plus engagés, plus rock, plus expressifs. Musicalement, de nouvelles influences viennent nourrir le style de BDA, des sonorités électro apparaissent mais le groupe demeure connu et reconnu pour leur endurance, leur humanisme, leur générosité sur scène et en dehors. Devant leur passage en concert ou en festival, le public est unanime : Boulevard Des Airs fout l’feu !

Camille

Crédits Photo/Vidéo
Benjamin Pavone
Philippe Gassies
DavyCroket TV

Tuesday Reggae Bash @Booboo’zzz Bar

Publié le

Thomas Pannetier | Photography

Fraîchement arrivé de la côte (Biscarosse) le Booboo’z Bar de Bordeaux est une invitation au voyage dans les îles chaudes des caraïbes. A l’occasion de la première Jam Session, l’équipe de DavyCroket est allé repérer pour vous, ce qu’offre ce concept de scène ouverte à tous.

Une chose est sure, même si la salle tarde à se remplir il faut avouer que le décor fraîchement installer [ndlr : inauguration, novembre 2013] vend du rêve. Préparez-vous à un dépaysement total, surtout à cette époque de l’année.

Thomas Pannetier | Photography

22h30, le temps de boire une ou deux bières…le concert peut commencer ! Sur scène, le groupe résidant que vous pourrez retrouver tous les mardi soirs : Booboo’z All Stars Band à l’initiative de Jonathan Joubert (the Jouby’s), Laurent Mercier (Low and the Ravers) et Stéphane Garcia (The Spartans).

Ces musiciens, nous proposent une playlist de quoi ravir tous les amateurs de bon reggae roots : de Peter Tosh à Alton Ellis en passant par Freddy McGregor ou encore Pablo Moses, sans oublier les très sympathiques reprises de Bob Marley qui font toujours chanter le public.

Thomas Pannetier | Photography

Le Booboo’z c’est une ambiance presque familiale… Le backing band laisse volontiers sa place aux musiciens, MCs, ou tous hommes capables de faire vibrer les foules. On note quelques invités de marque : Quentin Marly le chanteur de Soul Drifter est présent ce soir là pour une performance remarquable sur « Forever Loving Jah » de Bob Marley. Humble-I à lui aussi fait son show, le rasta anglophone se font dans la masse, mais lorsqu’il monte sur scène cela fait tout de suite la différence. Ou encore, tout aussi talentueux, B-Roy (ancien chanteur « Des tombés de l’Arbre ») s’illustre sur Real Rock Riddim, une instrumentale du label Studio One !

C’est sur « I Shot The Sherrif » de Marley que DavyCroket quitte l’univers Rastafari pour retrouver le climat automnal de Bordeaux. Mais un dernier mot… il parait que le Booboo’z Band est à la recherche de jeunes talents, et pas seulement des bonhommes. Miss A, une jeune femme a la voix de crooneuse qui nous a offert une superbe version de « My Boy Lollibop » (Millie Small) à bien fait passer le message, la scène est aussi pour les demoiselles.

Une chose est sur, DavyCroket reviendra.

Plus d’infos : http://www.booboozzz.com/

Enjoy. 

Dorian
Crédits Photos : Thomas Pannetier

Interview Naâman / Papa Style & Protoje @Krakatoa

Publié le

A l’occasion d’une soirée reggae (Naâman/Protoje/Papa Style) organisé par le Krakatoa et M’A Prod, nous avons pu avoir la chance de rencontrer Naaman et de lui poser quelques questions ! A travers cette vidéo vous retrouverez également quelques moments de la soirée.. 

Enjoy

Naaman – Deep Rockers (back a yard)

Cover Naâman Back a Yard 1440x1440

Davy Croket vous présente la nouvelle fleur de reggae français, Naaman.
Un jeune Dieppois qui a construit sa notoriété sur les scènes Sound System depuis quelques années et qui voit son public grandir depuis la sorti de son album « Deep Rockers – Back a Yard« .

Accompagné par son groupe, Young Kha avec qui une complicité évidente s’est créée il y a maintenant un an, la voix du jeune Naaman prend toute son ampleur. Un flow agile, à l’influence hip hop marqué. C’est cet apport rap, flirtant avec un reggae accéléré, qui constitue la marque de l’album. «L’évolution du new roots [le reggae depuis 1995, ndlr], pour moi, c’est le mélange du reggae et du hip-hop», estime le Dieppois.

A l’image de son confrère Biga*Ranx ils incarnent désormais la nouvelle vague du Reggae français.
Le gros travail apporté aux mélodies vocales, et ces sonorités reggae aux touches hip hop voire ska colorées, ont fait de Naâman un potentiel extrêmement prometteur du reggae français. Et ce mariage de styles fait de Deep Rockers-Back a Yard un album énergique aux couleurs bariolées, riche en mélodies.

5653

Naâman, référence biblique au guerrier qui se baigne dans le Jourdain pour guérir de la lèpre, représente, pour le chanteur, cette qualité exutoire et libératrice de la musique. Qu’il a partagé sur scène, au cours d’une tournée d’été chargée : le 28 juin au Havre (76), le 4 juillet à Toulouse (31), le 5 à Joyeuse (07), le 6 à Bordes (64), le 14 juillet à Montmartin-sur-Mer (50), le 27 au Garance Reggae Festival, Bagnols-sur-Cèze (30) et sans oublier l’incontournable Reggae Sun Ska Festival.
A défaut de l’avoir suivi durant l’été, Davy Croket aura l’occasion de le voir évoluer sur la scène bordelaise le 10 novembre prochain au Krakatoa (Mérignac) en 1ère partie du jamaicain, Protoje.

Le clip du titre sur-vitaminé “Skanking Shoes” (2012), tourné par un de ses potes durant l’enregistrement en studio, a déjà été vu 1 000 000 fois sur YouTube. Difficile à croire pourtant au premier regard. Un « petit blanc » , et une voix timide mais posée l’éloignent d’emblée de l’éternel cliché rasta à dreadlocks. Seul un discret bracelet aux couleurs jamaïcaines attaché au poignet laisse transparaître sa passion.

Enjoy.

Dorian.

All Naked @Cabaret Sauvage

Publié le

306571_10200302729551641_55024704_n

    Encore une nouvelle histoire à vous conter ! La All Naked lance tout juste sa saison 2, et quels débuts ! Après une première session au Batofar plutôt réussie, c’est au Cabaret Sauvage, à Paris, que cela a lieu. Un endroit qui me semblait adéquat pour ce line-up de folie qui mélangeait les styles d’électro.
Au programme : Gtronic x Marco Del Horno x Virus Syndicate x Pegboard Nerds x AK 47 x Neus

487423_576640415699459_1011537165_n

AK 47 ouvrait le bal, et autant dire qu’il a rapidement donné le rythme. Il y a des gens comme ça qui ne sont pas là pour rigoler. Entre dubstep, drum & bass, hardcore, voire hardtech et trap, on avait le choix. A chaque drop une nouvelle surprise, et chaque nouvelle surprise était meilleure que la précédente. Un régal du début à la fin comme d’habitude. Si vous n’avez jamais vu AK 47 sur scène, ce ne sont pas les occasions qui manquent. Résidant des soirées « Le Grand Méchant Beat », vous pouvez aller y faire un saut pour être à votre tour convaincu par le talent de Monsieur.

426128_576641695699331_2107546566_n

Marco Del Horno repris la danse vers 1h00. Enchaînement avec un set un peu  plus ‘’dansant’’ quoique restant relativement trash. Les gens dansaient, dansaient et dansaient encore (l’échauffement ?).
J’ai d’ailleurs pu noter que lors de cette soirée, les filles étaient aussi ‘’présentes’’ que les garçons. C’est quelque chose de difficile à expliquer, mais tous étaient dans le même délire en gros, il n’y avait pas cette inégalité ‘’garçons fous / fille plus sages’’. Tout le monde était complétement dingue !

535969_576642969032537_1329260894_n

Virus Syndicate prend la place sur scène. Seuls deux des membres sont là, mais ça n’a pas l’air d’être un souci. Leurs mots d’ordre sont : dynamisme, punch et hargne ! A que cela ne tienne, pour avoir déjà vu pas mal d’artistes sur scène, j’ai rarement vu quelque chose d’aussi violent pendant autant de temps. Une heure de dinguerie, clairement. Je pense que j’aurai pu mourir en paix après leur passage. Leur présence sur scène était à la hauteur des morceaux choisis, et si cela aurait pu ne jamais s’arrêter, et bien ils auraient fait de moi une femme comblée. Mais bon, toutes les bonnes choses ont une fin, et finalement, c’était pour la bonne cause.

71442_336731669764788_220864611_n

Gtronic ou le roi de l’électro ce soir-là. Je ne sais même plus comment décrire la chose, j’aurai l’impression de me répéter. C’était tout simplement génial, voilà voilà. Un +1 pour les sons passés car certains faisaient partis de mes vieilles playlists et que ça m’a fait très plaisir de les réentendre dans de telles conditions. Je ne saurai quoi ajouter à part peut-être : Merci !

535956_336731343098154_1379940452_n

Quant à Pegboard Nerds
Première en France donc.
De le dubstep pure et dure.
J’en ai encore des frissons. Orgasme sonore.

Tout à l’heure je disais que j’aurai pu mourir devant Virus Syndicate. Mais ça c’est ce que je pensais avant d’avoir vu LE duo norvégien.
Je m’adresse maintenant à tous les théologistes du monde. En faisant un combo de Virus Syndicate et Pegboard Nerds sur une scène, je pense que l’on pourrait obtenir une sorte de Saint Graal (mais ce n’est que mon humble idée).

Trève de plaisanterie, petit hic à faire remarquer : Messieurs les Norvégiens, heureusement que l’un d’entre vous s’est démis l’épaule pendant le set et que les morceaux passés étaient parfaits, cela fait de vous des Hommes tout à fait pardonnables, parce que vos transitions étaient pas tout à fait au point ! Mais personne n’est parfait n’est-ce pas ? Un peu plus et le public retournait le Cabaret (chapeau bas aux architectes du lieu d’ailleurs, je ne sais comment cela fait pour tenir le coup) !

223498_336738069764148_2084054639_n

Bref, Neus a clos le spectacle.
D’habitude, vers 5h00, la salle se vide peu à peu. Mais bizarrement pas là. Les gens voulaient rester le plus possible. Petit challenge pour Neus, difficile de faire mieux que tout ce que l’on avait pu entendre avant. C’est pour ça qu’il l’a joué ‘’différent’’.
En effet, c’était la petite touche de french-electro de base qui nettoie tout en fin de soirée, la cerise sur le gâteau en quelque sorte. Un set qui avait largement sa place à cette heure-là et nous a permis de rentrer chez nous l’esprit tranquille.

En clair, cette All Naked devait être l’une des meilleures depuis fort longtemps.
Faites attention, la saison 2 n’est plus là pour faire semblant : gros investissement au niveau des lieux, du visuels, de la programmation et du bon déroulement de la soirée.

11352_336729726431649_1666598124_n

L’équipe de Davycroket.com tient à remercier particulièrement les organisateurs (ainsi que les Djs) pour tout le mal qu’ils se sont donnés.

Enjoy !
Johanna

Retrouvez très bientôt l’interview vidéo de Virus Syndicate sur davycroket.com !

Crédit Photos :  All Naked &  Andres Pandor.