Flux RSS

Archives de Catégorie: Live Report

Here I Come #4 @Rock School Barbey [LIVE REPORT]

Publié le

Le Samedi 18 janvier 2014,  se déroulait à la Rock School Barbey la première soirée Here I Come de l’année. Particularité de cette soirée : une programmation de folie et une entrée gratuite pour tous les fans de  Reggae Music.

1011529_10151772647682062_459007361_n

20h30, ouverture des portes, la Rock School se remplit petit à petit sous les vibes de AWAKS SOUND in da club en sirotant quelques verres..

21h30 coup d’envoi dans la grande salle, BODEGA SOUND & Dougy Man est là pour démarrer la soirée. Le Sound System bordelais chauffe le public avec de bons riddims, et notamment une reprise d’un grand classique que l’équipe de DavyCroket affectionne particulièrement : Real Rock Riddim, de Studio One.

72938_504823826296850_1647134303_n

Le public est chaud à point et  les salles se sont remplies… 22h15 c’est la charmante SUPA MANA qui prend le relais. Distillant une sélection de qualité, voyageant à travers le temps, pour aller du rocksteady des 60’s aux musiques plus modernes des 90’s, la jeune parisienne nous offre un show bien maitrisé ! Pétillante et dynamique, on espere la revoir très vite sur les scènes bordelaises !

23h15, c’est au tour d’ATILI BANDALERO de prendre place derrière les platines. Vous le connaissez déjà bien, peut-être même sans le savoir… le dj/producteur, qui se trouve être le frère de Biga*Ranx, a travaillé à ses cotés en tant que producteur, parolier ou encore choriste. C’est en solo qu’il se produit maintenant sur scène proposant principalement des remix de qualités ou encore plein de collaborations. Il mélange avec brio des sons reggae, dance hall, hip-hop, sans oublier de grosses basses dubstep que l’artiste affectionne particulièrement. Et là le public devient fou, et commence à rendre l’atmosphere encore plus folle en grimpant sur la scene, chapeau champion !  Une bonne grosse claque sonore qui restera dans nos oreilles pendant un bon bout de temps.

Après quelques tunes pour chauffer une dernière fois le public, JOSEPH COTTON fait son apparition sur la scène… L’experience de Joseph vient completer le set du jeune tourangeau avec brio.  intitulé « Back To The Roots ».

Il est minuit passé et là le talentueux Biga*Ranx fait son apparition pour combler le public de la Rock School Barbey.. Le tourangeau, actuellement à Paris pour préparer son nouveau show, a décidé de venir s’incruster pour notre plus grand plaisir dans la soirée organisée par son label X-Ray Production. La combinaison Joseph Cotton/ Biga Ranx marche à merveille et ils nous le prouvent en chantant quelques uns de leurs morceaux. Good Vibes.

1560374_728459387177652_414204758_n

Petite pause pour l’équipe de DavyCroket : direction le club le temps de boire une (plusieurs ?) bières fraîches, pendant que MIGHTY EARTH SOUND continue de maintenir l’ambiance de folie qui règne dans la salle.  On retrouve alors Pierroots, du groupe bordelais KinkyTone, en acoustique dans la partie club. Le jeune musicien nous offre une agréable prestation et on prendra plaisir à aller le retrouver d’ici peu dans les soirées bordelaises.

1h00… MANUDIGITAL & DON CAMILO prennent possession de la scène pour ambiancer tout le monde à  base de production digitale. Le Riddim Maker, que l’on a découvert sur internet grâce à ses digitales sessions en compagnie de nombreux artistes, endiable la scène. Au moment où les deux selecta balancent « Run Come » l’un des tunes les plus remarqués de l’année 2013, le public est en extase.

Il est 1h30 du matin, la Rock School Barbey est pleine à craquer. Sur Scène, Don Camilo appelle Joseph Cotton et Biga*Ranx pour venir partager une petite session Freestyle. Un moment de convivialité  qui restera sûrement gravé dans les anales. Les trois MC’s posent les uns après les autres leurs impros sur les riddims de Manu Digital qui nous montre tout son talent avec son Casio MT-40.

2h du matin, les gars laissent la place au trio d’AWAKS SOUND qui peut lui aussi profiter de la grande salle. La soirée continue avec la même intensité et ce jusqu’au dernier artiste de la soirée : SOOPA HIGHRATION & KING SNEAZ.

Pour résumer en quelques mots cette soirée : Folie, folie, folie…. C’est tout le talent de X-Ray production que de pouvoir réunir ces artistes de qualités dans une même soirée, avec des surprises et une ambiance formidable rythmée par le Reggae Music.

HERE I COME est une valeur sûre, et c’est certain : les prochaines soirées s’annoncent tout aussi surprenantes et sympathiques donc on espère vous croisez la prochaine fois ! Pour faire simple la HERE I COME #4 c’était ça :

Prochain rendez-vous le vendredi 21/02, plus d’infos ICI 

Crédits Photos : http://reggaesudouest.com/
Crédits Vidéos : http://www.davycroket.com

Publicités

Boulevards Des Airs @Krakatoa [Live Report]

Publié le

1471170_10152124337789439_1113430578_n

Ce vendredi 22 novembre, la chaleur cuivrée de Boulevard des Airs s’est engouffrée dans la salle du Krakatoa. En première partie de ce groupe à la notoriété grandissante : Les Lacets des Fées, et ils n’étaient pas venus pour enfiler des perles !
Une guitare, une basse, une batterie , un chanteur … ? Trop simple pour jouer du rock. Rajoutez un trombone, une trompette, un clavier, un violon … D’après l’euphorie du public, c’est une recette qui marche ! Le chanteur on ne peut plus dynamique, Maxime, valse entre les instruments pour finir avec un morceau de batterie enflammé à quatre mains. Chaque artiste nous entraine dans son univers musical avec passion et générosité. Bref, la découverte d’un groupe au début d’une grande aventure, qu’on prendra plaisir à aller voir à nouveau.

774411_10202515360070478_1762720780_o

 Après ce bon moment , le groupe tant attendu fait apparition dans la salle. ||BDA|| et là, ça devient chaud : les dix joueurs entrent un à un sur la scène, dans un tonnerre d’applaudissements. Le spectacle commence entre Paris-Buenos Aires et Les Appareuses Trompences, les deux albums des tarbais que le public reprend en chœur dès les premières notes. Jump ! Jump ! La foule est en délire, hors d’haleine ! Le rythme enivrant aux influences jazzy, rock et reggae nous fait danser, nous emmène loin dans leur monde. Les voix de Florent et Sylvain chantent l’amour [San Clemente] aussi bien que les problèmes de société [Asile … ] , à la manière de Chao.

1455202_10202515172385786_1680804927_n

 Après un moment intense, la salle se rallume et BDA tape le squat dans le public. En se mêlant à la foule, ils nous montrent que ce sont de vrais artistes. Pas de distorsion, pas de retours. Pas de triche, que des instruments et leur âme. La fanfare anime encore nos corps pendant quelques minutes avant de nous laisser partir, heureux, en fredonnant inlassablement nos mélodies préférées ..

Je voulais vous parler des femmes … lalalalalalalala …

  Leur deuxième album sorti en mai 2013 nous transperce de par ses textes plus engagés, plus rock, plus expressifs. Musicalement, de nouvelles influences viennent nourrir le style de BDA, des sonorités électro apparaissent mais le groupe demeure connu et reconnu pour leur endurance, leur humanisme, leur générosité sur scène et en dehors. Devant leur passage en concert ou en festival, le public est unanime : Boulevard Des Airs fout l’feu !

Camille

Crédits Photo/Vidéo
Benjamin Pavone
Philippe Gassies
DavyCroket TV

Tuesday Reggae Bash @Booboo’zzz Bar

Publié le

Thomas Pannetier | Photography

Fraîchement arrivé de la côte (Biscarosse) le Booboo’z Bar de Bordeaux est une invitation au voyage dans les îles chaudes des caraïbes. A l’occasion de la première Jam Session, l’équipe de DavyCroket est allé repérer pour vous, ce qu’offre ce concept de scène ouverte à tous.

Une chose est sure, même si la salle tarde à se remplir il faut avouer que le décor fraîchement installer [ndlr : inauguration, novembre 2013] vend du rêve. Préparez-vous à un dépaysement total, surtout à cette époque de l’année.

Thomas Pannetier | Photography

22h30, le temps de boire une ou deux bières…le concert peut commencer ! Sur scène, le groupe résidant que vous pourrez retrouver tous les mardi soirs : Booboo’z All Stars Band à l’initiative de Jonathan Joubert (the Jouby’s), Laurent Mercier (Low and the Ravers) et Stéphane Garcia (The Spartans).

Ces musiciens, nous proposent une playlist de quoi ravir tous les amateurs de bon reggae roots : de Peter Tosh à Alton Ellis en passant par Freddy McGregor ou encore Pablo Moses, sans oublier les très sympathiques reprises de Bob Marley qui font toujours chanter le public.

Thomas Pannetier | Photography

Le Booboo’z c’est une ambiance presque familiale… Le backing band laisse volontiers sa place aux musiciens, MCs, ou tous hommes capables de faire vibrer les foules. On note quelques invités de marque : Quentin Marly le chanteur de Soul Drifter est présent ce soir là pour une performance remarquable sur « Forever Loving Jah » de Bob Marley. Humble-I à lui aussi fait son show, le rasta anglophone se font dans la masse, mais lorsqu’il monte sur scène cela fait tout de suite la différence. Ou encore, tout aussi talentueux, B-Roy (ancien chanteur « Des tombés de l’Arbre ») s’illustre sur Real Rock Riddim, une instrumentale du label Studio One !

C’est sur « I Shot The Sherrif » de Marley que DavyCroket quitte l’univers Rastafari pour retrouver le climat automnal de Bordeaux. Mais un dernier mot… il parait que le Booboo’z Band est à la recherche de jeunes talents, et pas seulement des bonhommes. Miss A, une jeune femme a la voix de crooneuse qui nous a offert une superbe version de « My Boy Lollibop » (Millie Small) à bien fait passer le message, la scène est aussi pour les demoiselles.

Une chose est sur, DavyCroket reviendra.

Plus d’infos : http://www.booboozzz.com/

Enjoy. 

Dorian
Crédits Photos : Thomas Pannetier

Interview Naâman / Papa Style & Protoje @Krakatoa

Publié le

A l’occasion d’une soirée reggae (Naâman/Protoje/Papa Style) organisé par le Krakatoa et M’A Prod, nous avons pu avoir la chance de rencontrer Naaman et de lui poser quelques questions ! A travers cette vidéo vous retrouverez également quelques moments de la soirée.. 

Enjoy

FAUVE – Le Circuit – Poitiers

Publié le

856588_10151956998107089_453904019_o

Soirée du 11/10/13 au TAP Poitiers dans le cadre du festival « Le Circuit ». Après une première partie bien agitée avec les Jabberwocky, Nous voilà plongés dans la pénombre avec des projections d’images indéfinies, c’est bien FAUVE  ! Les quatre musiciens arrivent chacun leur tour,  accompagné d’un vidéaste qui se produit également avec eux sur scène. Quentin le chanteur paraît habité par les textes qu’il  chante , il ne reste pas une minute sur place, il ne cesse de faire des va et viens sur scène. Y a pas à dire, FAUVE, La musique ils l’a vivent.

Les sièges certes agréables du Théâtre n’auront servi à rien puisque dès les premières notes le public se lève pour ne plus du tout  se rasseoir de la soirée, c’est ça la grosse claque à laquelle on ne s’attendait pas, FAUVE ça bouge.

L’ambiance est telle qu’on oublie très vite les soucis techniques et les maladresses encore bien présentes de la scène. Agitations, cris (des groupies), le public est plus que réceptif  et chante la plupart des textes par cœur !

Fauve est proche de son public et le chanteur n’hésite pas à s’adresser à lui, « Ça va les gars ? (et les filles) », « On avait un peu peur que tout le monde soit assis mais c’est pas le cas du tout donc ça c’est cool », « C’est toujours cool de voir que les gens sont motivés, c’est cool, merci beaucoup », « Je connaissais pas du tout Poitiers, bon je suis allé au Futuroscope quand j’étais petit, mais je sais que ça compte pas, on voulait juste vous dire qu’on est content d’être là ! »

fauve1-590x331-590x325

On retiendra aussi de ce live « le moment cucul de la soirée » selon le chanteur avec le titre « Rub A Dub », mais surtout cette agréable euphorie lorsque retentissent les premières notes du titre « Nuit Fauve », un des moments les plus intenses de ce Live qu’ils terminent après un rappel du public par le titre « Kané ».

Pour finir je dirai qu’aller voir FAUVE en live c’est voir et vivre leur texte d’une manière complètement différente, mais c’est aussi redécouvrir le groupe  avant la sortie de leur premier album qui sortira début 2014. On vous laisse justement avec le premier titre de leur futur album intitulé « Voyou ».

Enjoy. 

Charline. 

Terres du Sons / Report

Publié le

Terres-du-son-2013

Après avoir enchaîné le Free Music Festival, Garorock, Davycroket a fait escale dans la Touraine pour découvrir le Festival des terres du son. Report.

1er Jour :

Après avoir pris le temps d’installer les tentes, de découvrir le camping et son ambiance, nous apprenons que nous venons de louper l’interview du groupe deluxe, à cause d’une  mauvaise organisation de notre part. Après avoir fait un tour à l’espace presse, retour au campement retrouver une ambiance agréable à l’heure de l’apéro.

9302391225_749be2437f_z

Après quelques verres, nous décidons de rejoindre les scènes pour assister au concert de DELUXE, et quel concert ! Malgré quelques soucis techniques (coupure du micro, soucis avec le déguisement de la chanteuse), nous avons pris une belle claque, un mélange electro/hip-hop/jazz, mis en valeur par une magnifique chanteuse à la voix soul à souhait qui a su capter toute l’attention du public ! Une mise en scène super sympa qui amènera le public dans une euphorie pendant leurs titres phares avec Mr.Chicken / Pony ou encore Daniel.

Puis, nous allons faire un petit tour au concert de Trombone Shorty où il règne une très bonne ambiance. Le chanteur a su interagir avec le public, à travers sa voix et son trombone.

Ensuite nous enchaînons avec les rappeurs marseillais IAM. Apres les avoir vu au Free Music, le groupe a toujours sa bonne humeur quotidienne, qu’ils distribueront au fil et à mesure de leurs classiques  (Je danse le mia, Petit frere…) Nous décidons de nous éclipser au milieu de concert afin d’aller reposer nos oreilles  autour d’un demi, très agréable par le temps caniculaire qu’il fait.

Un dilemne s’impose alors : Wax Tailor / Goldigger ou Concretes Knives. Et bien pourquoi ne pas faire les 3 ?

IMG_5718

Nous sommes donc allés faire un tour à la bulle, ou l’ami Goldigger à pris les commandes des platines pour remuer les corps assoiffées de musique électroniques !

Escale sur la scène B, l’illustre Wax Tailor nous offre un son à satisfaire toutes les envies. Une musique qui porte, que l’on peut apprécier au pied de la scène mêlé à la folie des festivaliers ou de loin posé sur l’herbe à la fraîcheur de la nuit tombée. Wax Tailor nous offre un moment de reviviscence avant le final de cette première journée aux Terres du son.

C’est à Kavinsky de conclure ce premier jour, après quelques minutes de retard, le dj arrive enfin, une mise en scène sobre derrière quelques jeux de lumières, un set rythmé sous quelques morceaux de son entourage (Dj Mehdi, Daft Punk, Busy P, Gesaffelstein etc..) mais quelques soucis techniques apporteront quelques déceptions à cette fin de soirée (coupure sur nightcall, quelques transitions hasardeuses…)

Jour 2.

Apres un réveil difficile sous une chaleur à crever et des cris au mégaphone ou autre cris de festivaliers dans un état second (les joies des festivals), Davycroket est d’attaque pour une nouvelle journée. Apres une agréable interview avec Janski Beeeats (à paraître très prochainement) sous une chaleur intenable, nous nous préparons tout doucement à la soirée qui nous attend.

998516_10201493604764011_513103910_n

Commençons donc par Salif keita histoire de nous réveiller en douceur grâce à ses chants et autre musique mélodieuses. Ensuite place à Archive et ses mélodies planantes et sombres plongeant les festivaliers dans une atmosphère assez étrange, un peu trop mollassonnes à notre gout.  Nous nous empressons ensuite sous le Chapit’O pour se plonger dans l’univers déjanté de Janski Beeats.

IMG_5870

Comme à son habitude, janski enflammera le public accompagné de son batteur complètement loufoque pour notre plus grand plaisir. Puis voilà que sur la scène 2, Breakbot Aka « le barbu tout de blanc vêtu » pointe le bout de son nez. Après l’avoir vu à diverses reprises, on constate que son live est encore plus abouti, 2 musiciens ont fait leur apparition pour proposer quelques riffs de basses et guitares sympas pour finir son set en beauté aux côtés d’Irfane sur des classiques tels que « Baby I’m Yours ».

IMG_5894

Pas assez de force pour tenir jusqu’à la fin du set de Miss Sonik, l’équipe se contentera de festoyer autour de quelques verres suivit d’un bon gros dodo avant d’enchaîner sur le dernier jour.

Jour 3.

9304861952_781893e48b

Le soleil toujours présent pour cette dernière journée, un cadre agréable avec la forêt,  et un voyage autour d’un étang terminera en beauté le festival accompagné d’artiste d’exception !

Nous nous dépêchons de finir nos verres afin de retrouver l’un des messieurs de la Funk, avec Georges Clinton et sa troupe Parlement Funkadelic. Pour moi tout simplement le concert du week end à ne pas louper ! A peine arrivé sur scene, un atmosphere qui nous plongera directement au fin fond des années 70 avec tout un tas de musiciens tous aussi bon les uns que les autres (mention spéciale au trompettiste) et là arrive Mr clinton, a notre plus grand surprise le crane quasiment rasé (bye bye les dreads colorées). Un concert qui explorera plusieurs styles musicaux en passant de la funk pur et dure à quelques sonorités rock hip hop et soul, le concert sera une véritable réussite, chapeau bas !

Viens ensuite Clinton Fearon. Nous assistons au concert de loin, assis dans l’herbe, parfaitement bien en harmonie avec l’ambiance que l’homme dégage. Moment de douceur. 

La tête d’affiche du dimanche, Asaf avidan, fait son apparition, une belle voix mais pas une énergie suffisante pour retenir notre attention (ni celle du public ?) toute la durée du concert. Nous préférons nous détendre à la buvette avant d’enchaîner sur Oxmo puccino alias le rappeur poète pour conclure notre week-end en beauté. Malheureusement faute de temps, nous n’avons pas pu assister aux concerts de Jukebox Champions et Chill Bump.

9304833274_ed40b7b571

Les Points positifs :
Un village vraiment agréable, les stands de bouffe vraiment excellent, une bonne ambiance  jusqu’à pas d’heure au camping, une programmation vraiment éclectique, et un staff bien accueillant !

Les Point négatifs :
Pas d’ombres sur le camping (muy caliente), quelques problèmes de sonos et les boissons un poil trop chere.

Report Free Music Jour 1

Publié le

18798_10151544829863699_974312334_n

Déjà 1 semaine de passé depuis la XIII eme édition des Free Music Festival, et quelle édition ! Le récapitulatif ci dessous :

Vendredi 17h : Après un tour dans l’espace presse, je décide d’aller jeter un œil aux configurations des scènes à venir pour les concerts de ce soir, une configuration légèrement différente par rapport à l’an passé (changement d’endroit pour la scène secondaire). Le site reste toujours fidèle à lui-même, forêt de pins au bord du lac, sous une chaleur étouffante pour le vendredi.

IMG_3737
Apres multiples conversations et multiples bières, l’heure d’ouverture arrive enfin et c’est au tour du groupe La Femme d’entamer cette nouvelle édition ; 4 personnages peu vêtus viennent nous plonger dans une ambiance electro/pop avant d’attaquer les choses sérieuses.

IMG_3802
C’est ensuite au groupe survitaminé DOPE DOD de récupérer le flambeau. Bon, programmer Dope DoD à 19h30, n’était pas spécialement une très bonne idée, mais le groupe a réussi à nous faire comprendre qu’ils n’avaient pas fait le trajet pour rien et nous ont dégommés à coup de basses grimées et de flow bien percutant pour faire sortir les festivaliers de leurs tentes. Une ambiance assez sombre et à la fois très percutante, on retiendra les nombreux « Fuck » en interaction avec le public et la distribution collective d’alcool.

Viens ensuite la bonne humeur de la Rue Ketanou, un concert jovial et un bon esprit nous permettant d’aller siroter quelques demis au bar. Apres quelques bières ingurgitées, nous nous rapprochons de la scène pour laisser place à Omar Perry. Quelques minutes nous ont suffit pour nous retrouver en plein centre des quartiers de kingston. L’arriveé de Lee Scratch a mis tout le monde d’accord, une leçon de sagesse avec un personnage vraiment atypique  avec une tenue assez loufoque.

Mos Def : Pour avoir attendu sa venue avec impatience , je reconnais une certaine déception après son show, pas vraiment de mise scène, quelques reprises qui nous laisse sur un mélange assez surprenant. On retrouvera certes un bon esprit hip-hop mais il manquera peut être un peu de punch et quelques classiques pour parfaire son show.

Apres avoir écouté attentivement le show  de Yassiin Bey aka Mos def, le public  continue de se trémousser grâce à la musique funky de breakbot et son jeu de LED sympatoche. Le DJ du label ED Banger records que l’on connait bien chez DavyCroket nous prouve une fois de plus qu’il connait son set par cœur en alliant à la perfection image et musique. L’arrivée d’Irfane fait l’effet d’un coup de fouet en chantant quelques morceaux dont « Baby I’m Yours » ci-dessous.

 N’étant pas un véritable adepte du Hardcore/Métal, les Hatebreed ont quand même réussi à me séduire en nous offrant un bon gros concert à l’américaine (bannière géante à leur nom, enceinte Marshall etc..) Du bon gros hardcore pour triturer un peu plus nos tympans et essayer de se frayer un chemin à travers les pogos.

Pour Kaiser Chiefs, je ne m’étendrai pas sur le sujet, ne connaissant pas spécialement leur musique.Mais on retrouvera un bon esprit rock anglais avec tout un tas de groupies en transe. Une bonne prestation scenique, un show vraiment

IMG_4039

Vers 3H Popof achèvera les quelques milliers de survivants en offrant un bon gros set techno comme on les aime. Un set simple et efficace sans imperfection ! Une première journée riche en émotion qui amorcera avec perfection la soirée du samedi. La suite très bientôt.

img_4087

Crédits photo : Pixelle  & Davycroket
Vidéo : Free Music Festival & DavyCroket